Qui suis-je ?

sentier ST Phi recoupé

Mon cheminement
Journaliste spécialisée en santé, forme et nutrition, mon chemin s’est un jour élargi. Je me suis passionnée pour la communication qui passe par le toucher, ce sens trop souvent laissé pour compte dans notre culture audiovisuelle et notre éducation souvent peu tactile. Un jour j’ai décidé de devenir réflexologue plantaire.

La Communication Tactile
Au début des années 90, j’ai mis en place une formation, « La Communication Tactile », à l’intention des thérapeutes qui ont le droit social de toucher,kinésithérapeutes, infirmières, mais pas seulement : esthéticiennes, coiffeurs, masseurs ont également ce droit.communication tactile Comment mettre alors dans ses mains cette authenticité dont les personnes ont besoin pour renforcer leur sécurité de base, pour se sentir reconfirmées dans leur identité ? Comment établir une relation de personne à personne ? Comment ne jamais basculer dans l’équivoque en prenant l’autre comme un objet ? Tel est le but de cette formation.

La réflexologie plantaire et palmaire
En 1998, à la suite d’une expérience de Communication Tactile d’un an, un jour par semaine dans le service d’oncologie de l’Hôpital Foch, je décide de me former à la réflexologie plantaire. D’abord avec le Dr Martine Faure Alderson – je suis diplômée de son école, l’ARTT, l’Association Reflex Therapy Total. Je me forme ensuite auprès de Guy Boitout, osthéopathe et réflexothérapeute que je remercie pour la clairvoyance et la précision de son enseignement. Une formation que je complète aujourd’hui par l’étude passionnante de l’énergétique chinoise appliquée à la réflexologie avec Catherine Hamelle, dont je  vous recommande le livre. « Premiers Pas vers la médecine chinoise », éditions Michalon se lit comme un roman. Je découvre aussi la réflexologie sur les mains, un pur bonheur pour l’apaisement avec mon amie Patricia Torossian, directrice de l’Ecole Normandie Réflexologie.

cover copiéeMon premier diplôme en poche, j’ai la chance de trouver très rapidement un poste dans le domaine de l’oncologie, cet univers pour lequel j’avais cherché à acquérir une nouvelle formation. Depuis près de quinze ans, j’accompagne des patients pendant leurs chimiothérapies et après, quand le cadre hospitalier si rassurant s’efface et que peut survenir le cancer blues. J’ai écrit sur ce sujet un livre « Reconstruire sa vie après un cancer » aux éditions Frison Roche.

L’oncologie et le post-opératoire
Travaillant dans le service d’oncologie d’une clinique parisienne, le Centre médico-chirurgical Bizet, j’ai commencé à accompagner par  cette réflexologie apaisante des personnes stressées ou déprimées pendant leur séjour hospitalier en soins de suite après une chirurgie cardiaque. Et j’accompagne aussi des femmes après de douloureuses interventions comme tumorectomies, mastectomies, hystérectomies…  Anti-stress, la réflexologie plantaire  apporte beaucoup de détente et de mieux -être, elle apaise les tensions dorsales et permet de relancer le transit  si l’anesthésie l’a rendu paresseux. Mais surtout alors que l’image intérieure que l’on a de soi est Deux mainschamboulée, la réflexologie aide le corps à se globaliser à nouveau, à se sentir plus unifié. Elle permet une meilleure gestion des émotions mais ne peut toutefois se substituer à un entretien avec un psychologue.

Les petits et les grands
Accidents, maladies, séparations, la réflexologie aide à passer les épreuves de vie, qui sont souvent des moments clé de notre histoire. Cela m’a orientée vers l’enfance qui n’est pas un long fleuve tranquille et vers les bébés qui à partir d’un ou deux mois connaissent  souvent des soucis de sommeil, de régurgitations, de douleurs de ventre ou de coliques. Pourquoi ? Parce que lorsque le petit crâne d’un bébé  commence à se resserrer, les influx du nerf pneumogastrique peuvent passer moins bien à travers la boîte crânienne et perturber ainsi le fonctionnement des organes qu’ils innervent. Le nerf pneumo-gastrique a des origines dans le crâne et innerve les poumons et la plus grande part de l’appareil digestif. Les bébés souffrent et les parents aussi. Apaiser le bébé et sa maman dans une Trois enfants sautantmême séance permet de les soulager tous les deux dans cette période de symbiose totale. On retrouve en effet des dysfonctionnements similaires chez le bébé et sa maman.

Plus tard les enfants sont confrontés à des problèmes de sommeil, de pipi au lit etc. A relier une fois encore avec les évènements de leur vie.

Quant aux « grands », ils viennent pour des soucis de migraines, de jambes lourdes, de digestion, de stress au travail ou d’infertilité… Ils viennent pour les périodes pas faciles de changements de saison, où l’on traine sa fatigue et  qui s’accompagnent parfois comme au printemps, de petits ennuis ORL ou de soucis d’allergies. Ils viennent en appui d’un sevrage tabagique ou de la mise en place d’un rééquilibrage alimentaire. Ces salutaires changements d’hygiène de vie apportent leur lot de privations, voire de frustrations. Les séances de réflexologie plantaire offrent une  compensation bienvenue mais surtout un mieux-être rééquilibrant. On met ainsi toutes les chances de son côté pour « tenir ». Et puis on vient aussi toutes les trois semaines, tous les mois, en prévention, pour rester plus « zen », pour prendre du recul face au stress qui veut nous grignoter. Les Chinois ont vérifié que l’équilibre nerveux est la meilleure arme pour rester en bonne santé et éviter les maladies de civilisation. Et la réflexologie permet de « tonifier le calme ».

 L’accompagnement
pieds et fleursLa réflexothérapie n’aide pas, elle accompagne. Elle ne transforme pas les personnes. C’est leur corps qui bouge, qui évolue, qui s’harmonise. La séance est un temps qu’on s’offre pour dénouer ses tensions, pacifier ses douleurs, mais aussi digérer les événements créateurs de tensions, apaiser les tremblements de terre qui nous secouent tous un jour. On peut se raisonner et accepter les événements avec sa tête mais c’est un autre processus qui permet de les « digérer », de les métaboliser. Une séance de réflexologie plantaire offre un espace pour retrouver son corps dans sa globalité et commencer à  cheminer avec lui joyeusement. Mais cette technique complémentaire de la médecine allopathique ou homéopathique ne peut prendre la place d’examens médicaux, d’un diagnostic et d’un suivi médical.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s